Breaking news:

Article

Comment réduire les conflits entre les entreprises minières et les creuseurs artisanaux dans la province du Lualaba ?

miners

Par Emmanuel UMPULA

En RDC, l’exploitation artisanale est légale, car prévue par le Code Minier révisé (article 109 al.1 du CM) et de ses mesures d’application. Cette même loi prévoit qu’elle doit se faire uniquement dans les Zones d’Exploitation Artisanales (ZEA), en d’autres termes l’exploitation minière artisanale ne doit pas se pratiquer sur une zone couverte par un permis d’exploitation (article 109 al.2 du CM), à moins que le propriétaire du permis procède à la procédure de renonciation et le Cadastre Minier érige la partie renoncée ou abandonnée conformément à la procédure en ZEA[1].

Dans Le Lualaba et autour de la ville de Kolwezi, il n’y a pas de ZEA. Elles se trouvent très loin de la ville et ne sont pas viables. Les minerais se trouvent à de profondeurs non accessibles avec l’exploitation à mains nues.  Les coopératives et l’Etat n’investissement pas les moyens  pour procéder à la découverture et au décapage, afin de faciliter une exploitation minière artisanale dans les meilleures conditions et sans beaucoup de risques.

Pour les mines autour des grandes agglomérations (Kolwezi, Fungurume, Kakande), elles appartiennent presque toutes aux entreprises minières industrielles et sont couvertes par les permis de recherche ou d’exploitation. Donc, ne peuvent pas être exploitées par les artisanaux.

Télécharger l'article complet

[1] Rapport conjoint Amnesty International et Afrewatch : « Voilà pourquoi on meurt » : Les atteintes aux droits humains en République Démocratique du Congo alimentent le commerce du cobalt, 2016, p.2