Breaking news:

Article

BUSANGA: Pas au Courant, pas de Courant

COMMUNIQUE DE PRESSE

Kolwezi, le 13 Septembre 2018 – Les intérêts de la RDC dans le projet hydroélectrique de BUSANGA, qui devra alimenter le projet minier de la SICOMINES, sont représentés par une entreprise privéedont l’actionnariat est peu clair, révèle la Synergie des Organisations de la société civile dans un rapport intitulé « Pas au courant, pas de courant » publié aujourd’hui.

Le rapport de la synergie démontre comment une entreprise privée dénomméeCongo Management (« COMAN »), dont la propriété réelle s'est avérée difficile à retracer, figure parmi les entreprises qui représentent l'Etatdans le projet Sino-Congolaise Hydroélectrique (SYCOHYDRO).Avec 15% des parts, elle détient une participation plus grande que les deux sociétés de portefeuille de l'Etat, dont la Générale des Carrières et des Mines(7 %) et la Société Nationale de l’Electricité (3%).

Depuis 2016, un projet hydroélectrique d’une puissance estimée de240 MW est en constructionen République Démocratique du Congo, dans la province du Lualaba, pour desservir en priorité la Sino-Congolaise des Mines (SICOMINES), une entreprise minière qui a besoin de 170 MW supplémentaires pour faire fonctionner son usine à plein régime et atteindre une production de250 000 tonnes de cuivre par an.

Si le développement d’une solution énergétique localedonne de l’espoir en termes d’amélioration de la desserte en électricité dans la zone,le manque de transparence soulève cependant des profonds questionnements.Les transactions entre parties sont peu claires, la convention de concession de BUSANGA n’est pas disponible et le financement du développement du projetresteopaque.

Par ailleurs, la synergie craint un déséquilibre entre ce qu’apporte l’État et les retombées futures du projeten terme des recettes fiscales et d’électricité. En effet,il est probable que la population congolaise ne bénéficiera pas del’électricité généréepar le projet, puisque 170MW seront alloués à SICOMINESet le restant pourra être vendu au prix du marché, y comprisà d’autres entreprises minières de la région.Par ailleurs, bien que la partie congolaise se soit engagée à contribuer 328 Millions de dollars américains au projet pour financer le développement du projet de la centrale hydroélectrique de BUSANGA, soit 50% du financement total requis, cet argent n’est pas retracé et ne se reflète pas dans la participation de l’Etat au projet. Enfin, il est possible que ce projet tombe sous l’exonération fiscale complète dont bénéficie la SICOMINES, ce qui priverait le Congo d’importantes recettes fiscales.

Les institutions engagées dans le projet n’ont pas répondu aux questions sur la transparence et les retombées de BUSANGAque la synergie leur a adressées.La synergie conclu que « Le flou qui entoure le développement de BUSANGA ne permet pas de s’assurer que le Congo tirera les retombées espérées de ce projet.»

Elle recommande :

Au Gouvernement de la RDC :

  • De publier au journal officiel et sur le site du ministère de l’énergie : La convention de Joint Venture de SICOHYDRO, les statuts de création de SICOHYDRO, la convention de concession de BUSANGA ainsi que l’acte deconstitution de COMAN SARL, pour permettre à la population congolaise decomprendre les relations entre l’Etat, ses démembrements et l’entreprise privéqui représentent l’état dans le projet;
  • De rendre effective l’Autorité de Régulation (ARE) pour le suivi de mise en oeuvre du projet et garantir que le développement de nouveaux projets commeBUSANGA puisse répondre aux besoins de la population;
  • De clarifier les rôles de l’Etat congolais et ses apports effectifs des différentsactionnaires dans le projet ;
  • De déterminer la nature juridique du projet, notamment de clarifier dansquelle mesure le projet tombe sous le droit commun sur le secteur del’électricité (comme en atteste la signature d’une concession de concession avecle ministère national de l’énergie), et dans quelle mesure il tombe sous lerégime particulier de la convention de collaboration entre le gouvernementchinois et congolais (comme le suggère les parties impliquées dans le projet).
  • D’étendre la notion de ressources naturelles en modifiant le décret N° 011 / 26du 20 mai 2011 portant obligation de publier tout contrat ayant pour Object lesressources naturelles aux ressources hydroélectriques.

Au Parlement de la RDC :

  • D’interpeler le Premier Ministre pour clarifier le rôle joué au sein de la JVBUSANGA, par l’Etat congolais et l’entreprise privée COMAN qui fait partiedes entreprises qui représentent l’état congolais dans la SYCOHYDRO ;
  • De créer une commission d’enquête parlementaire qui doit retracer l’entitéétatique qui aurait capté les 328 millions de dollars disponibilisés en 2012 par laSICOMINES pour le compte de l’Etat Congolais au profit du projetBUSANGA.

A la SICOMINES :

  • De déclarer dans le rapport ITIE 2017, l’entité qui avait capté les 328 millions de dollars disponibilisés en 2012 au profit du projet BUSANGA ;
  • De publier dans un formulaire spécifique à l’ITIE, toutes contributions auprojet BUSANGA.

Au Comité Exécutif de l’ITIE RDC :

  • D’adopter la publicationdans la rubrique « autres flux significatifs » tout paiement fait parles entreprises minières à l’état ou un de ses démembrements dans le cadre dela construction ou l’aménagement des infrastructures énergétiques ;
  • D’intégrer à l’article 1 du projet de décret portant divulgation des propriétaires réels des sociétés intervenant dans le secteur des ressources naturelles enRépublique Démocratique du Congo, les ressources hydroélectriques.

Télécharger le communiqué